L’effet Kirlian

S’intéresser aux rayonnements et à la luminescence que produisent les choses vivantes n’est pas nouveau. Son intérêt débute en 1760, au lendemain d’une journée orageuse, pendant laquelle le Professeur de physique de l’université allemande de Göttingen, Lichtenberg, s’arrête devant un arbre foudroyé par la foude. Il est surpris de constater que le spectre électrique de l’arbre s’est imprimé sur le sol. Voulant reproduire ce phénomène en laboratoire, il arrive à obtenir des images de champs électriques qu’il nomme l’effet Lichtenberg.

Entre 1840 et 1940, de nombreuses recherches s’effectuent pour essayer d’obtenir des image de radiations à partir d’une impulsion électrique. C’est en 1822 que Niepce invente la photographie, et en 1837 que Daguerre parvient à la développer et à la fixer. A partir de ce moment, des chercheurs comme Carlsten, Navratil ou encore D’arsonval procèdent à des expériences alliant l’électricité et la photographie.

Mais l’expérience la plus troublante est celle de Nikolas Tesla en 1893. Il parvient à créer un halo de lumière tout autour de son corps grâce à un appareil qui produit des courants alternatifs de haute fréquence sous haute tension, fabriquant ainsi un champ électrique luminescent.

En 1896, à Paris, Le Dr Baraduc et le physicien polonais Narkiewicz photographient des mains et des feuilles de végétaux plongées dans un champ électrique. Plus de 3000 clichés sont produits, sans pour autant pouvoir donner des explications scientifiques à ce phénomène.

C’est en 1939, qu’un jeune électricien russe du nom de Kirlian vit une expérience incroyable. Alors qu’il vient de réparer un générateur haute fréquence dans un hôpital, il est traversé accidentellement par une décharge électrique qui provoque une gerbe de rayonnements colorés. C’est tellement surprenant qu’il veut photographier ce phénomène. Il réussit à reproduire l’expérience, après avoir placé sa main sur une plaque photographique. Lui et sa femme constatent que le dessin de sa main est parfaitement reproduite, avec un rayonnement lumineux qui en suit le contour.

Puis, en 1949, après avoir amélioré la technique et ainsi, la qualité de ces clichés, ils communiquent ses travaux à l’Académie des sciences soviétiques qui les reçoit. Ils obtiennent ainsi des crédits et un laboratoire, afin de poursuivre leurs recherches. En 1965, en Angleterre, Smart et Milner qui ignorent les travaux de Kirlian, font également des photos semblables. C’est en 1975, alors que des scientifiques continuent d’explorer le phénomène un peu partout dans le monde, que les Américains Krippner et Rubin publient un ouvrage, intitulé The Energies of Consciousness (Les Energies de la Conscience) pour faire le point sur l’état des recherches dans le monde sur l’effet Kirlian.

Les travaux de Kirlian ont aussi été utilisés par le Roumain Dimitrescu pour mettre en évidence les points d’acupuncture qui sont des points de moindre résistance de la peau au passage de l’électricité, au moyen de ce qu’il a nommé l’électronographie.

L’effet Kirlian est donc la possibilité de photographier l’aura électrique autour d’une matière plus solide, qu’elle soit humaine, animale, végétale ou encore, cristalline.

 

A lire : Grand livre de l’effet Kirlian de Georges Hadjo, aux éditions Trajectoire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.